Interview de la Présidente

ImmoBas

 

Interview de Dominique Bloch Présidente de la Fédération d’Aide à la Création d’Entreprise en Immobilier.

Réalisé par Céline LEVILLAIN  ImmoBas

 

 

1 Madame la Présidente, pourquoi   Facei ?

Facei répond à une attente de tous ceux qui sont en quête d’une activité, motivés par le monde de l’immobilier, l’un des plus beaux métiers qui soit.

2 Pourquoi activité, pas emploi ?

Le statut des collaborateurs que nous recrutons pour deux réseaux nationaux sont automatiquement des indépendants, auto entrepreneur pour démarrer ou en société pour les postes de directions.

3 Comment accompagnez-vous ces futurs collaborateurs en immobilier ?

Nous les accompagnons de A à Z, sur tous les plans, organisationnel, professionnel, financier pour leur faire atteindre un niveau d’excellence, par la formation, la rigueur et l’exigence recherchée.

4 Comment décrivez-vous les réseaux avec lesquels vous intervenez ?

« Professionnalisme et services haut de gamme accessibles ».

5 Vous recrutez 2600 collaborateurs, c’est beaucoup, est-ce raisonnable ou illusoire ?

Les postes à pourvoir dans les années à venir représentent plus de 50000 personnes.   

6 Pourquoi ?

Les ventes entre particuliers génèrent 20% de procédure par le manque de connaissance de vendeur/acquéreur dans un monde où les lois se sont multipliées ces dernières années. Ceci entraîne de plus en plus de vendeurs à sécuriser leurs ventes en faisant appel à un professionnel.

L’état de son côté est à même de s’engager bientôt dans la fin d’un cycle en interdisant les ventes entre particuliers.

7 En quoi Facei est un apport pour les futurs collaborateurs ?

La professionnalisation n’est pas entrée dans les mœurs chez tous las agents immobiliers en agence. Ils ne sont pas en phase avec l’ubérisation grandissante et inarrêtable.

8 Mais encore ?

Oui il faut le dire et cela ne fera plaisir à aucun agent immobilier, l’avenir propice aujourd'hui va s’assombrir pour ceux qui ne prendront pas leur responsabilité, ne voudront pas ou ne pourront pas se permettre, de rémunérer leur négociateur avec 70% minimum de commissions.

9 Pourquoi, vous vous pourriez et eux non ?

Un agent immobilier vitré a des charges lourdes en frais fixes, investissement, permanence, loyer, électricité, taxes de toutes sortes, c’est souvent entre 4 et 6000 € par mois selon les cas. Moralité, il propose à ses négociateurs des commissions entre 40 et 50% seulement.

10 Je comprends mais y a-t-il d’autres raisons ?

Oui, la principale raison ressort d’une étude que nous avons réalisée : Elle détermine que 42% du temps de travail des négociateurs est perdu par l’inertie que crée la facilité de rester en agence. Sur 150 H/mois de travail de base d’un négociateur, ce dernier n’est opérationnel que 90 heures.

11 Et alors ?

Les conséquences sont dramatiques pour l’entreprise et le chiffre d’affaires en pâtit.

12 En clair c’est la triple peine ?

Oui, les négociateurs se tourneront vers des entreprises qui les rémunèrent mieux.

Ils travailleront avec moins pour ceux qui le souhaitent et gagneront plus.

Ils seront plus professionnels, disposant de cette liberté pour participer aux formations constantes sur une base d’une journée par mois.

« Travailler moins pour gagner autant, c’est l’enjeu »

13 Mais c’est énorme ?

Oui et non.

La transformation à la laquelle nous assistons fait de nous tous des spectateurs du nouveau monde. Ceux qui voudront rester dans la course devront s’inscrire dans une nouvelle démarche pour devenir acteur de leur avenir.

14 J’ai lu qu’il fallait investir pour devenir collaborateur eXpert ?

Oui et pour cela, nous avons avec notre fédération mis en place une organisation simple pour que chacun avec son énergie, son courage, sa détermination, soit en mesure avec notre accompagnement de pouvoir accéder au poste de collaborateur eXpert, voire à l’un des 150 postes de « dirigeant départemental »

15 En quoi, les formations du groupe avec lequel vous travaillez sont différentes ?

De partout, les formations proposées sont d’une part souvent «approximatives voire inexistantes» et surtout elles se fondent essentiellement sur l’aspect commercial.

Dans le cas qui nous intéresse, l’aspect commercial est un des aspects naturels, mais en aucun cas essentiel.

L’empathie naturelle a son importance. Les savoirs faires à acquérir tournent autour de la connaissance du bâtit, de sa terminologie, pathologie et dans l’expertise pré-judiciaire des biens.

16 Madame Bloch, ou en est le développement de l’association et de ses ramifications régionales ?

Actuellement nous sommes à plus de 8 délégations et devrions arriver en fin d’année à 10. En 2018 nous devrions couvrir une représentation d’environ 14 délégations, notre objectif global.

17 Juste un dernier mot, votre partie recrutement se construit sur quel genre de profil ?

Tous les profils nous intéressent sous condition de correspondre à notre éthique. Pour vous donner une réponse concise et précise, nous recrutons : Juristes, ressources humaines, commerciaux en immobilier (attention les mauvaises habitudes sont parfois difficiles à faire disparaitre), assistant de direction, marketing, communication, personnes issues du bâtiment, clerc de notaire, militaires, et bien sûr pour les postes de direction de nos pôles départementaux, des agents immobilier prêts à franchir le pas du futur…..

18 Quel niveau de diplôme est nécessaire ?

Un BAC+ 2 à +3 est le bienvenu, mais nous étudions avec bienveillance tous les CV qui nous arrivent. Au-delà des diplômes, le courage, l’énergie sont nécessaire. L’ambition et un peu d’audace feront le reste à défaut de diplômes.

L’intelligence est aussi un facteur de choix pour travailler sous forme de gouvernance dans des réseaux où tout le monde peut et doit avoir le droit de s’exprimer pour participer à l’essor du Groupe et des individus.

400 000 personnes sont actuellement en phase de pouvoir entrer dans le cadre de nos critères de recrutement.

 

Merci Madame Bloch